Itinéraire d’une dentelle italienne

dentelleDentelle

Décembre 2014, Anuradhapura… Temple Sri Maha Bodhi, terre sacrée pour les bouddhistes sri lankais puisqu’elle porte et nourrit un arbre bi-millénaire, issu de l’arbre pipal sous lequel Bouddha connut l’éveil, il y a plus de 2500 ans, à Bodh Gaya dans le nord de l’Inde…

A deux pas de ce temple, où affluent les pèlerins tout au long de l’année, existe un arbre de santal noir, un arbre précieux qui abrite des divinités. Et, parce qu’il exauce les voeux, cet arbre attire aussi les fidèles. Tout de blanc vêtus, ils se présentent, le front et les mains posés sur l’écorce brune devenue douce, lisse et polie à force de caresses et de supplications. Des singes dansent nonchalamment sur ses branches et on ressent une grande sérénité devant ces yeux fermés, ces âmes pures et concentrées qui prient toutes dévouées à la réalisation de leurs souhaits. Mais, là n’est pas le coeur de mon récit. 

Arbre qui exauce les voeux, Anuradhapura

Un arbre de santal, qui exauce les voeux, Sri Maha Bodhi, Anuradhapura. Crédit Photo : Emmanuelle Gunaratne

J’attendais mon tour devant cet arbre. Une famille devant moi, dont une jeune fille de  14 ou 15 ans, avec une jupe blanche en dentelles. Et moi, les yeux rivés sur cette dentelle dont je ne pouvais me détacher. Parce que son histoire m’était bien trop familière, moi qui avais, 10 ans durant, côtoyé étroitement l’univers de la dentelle et de la lingerie.

Cette dentelle avait été conçue certainement l’année d’avant, au coeur d’une bourgade d’Italie près du lac de Côme et de la ville romantique de Vérone. Là, Daniella ou Francesca, stylistes de lingerie pour une marque italienne, avaient rêvé la voir un jour légère, gracieuse, audacieuse, orner les balconnets de belles et plantureuses Italiennes. La dentelle serait déclinée en trois coloris, noir, framboise et champagne, coloris tendance pour la Saint-Valentin 2015.. Elle porterait des bouquets de petites fleurs sauvages indisciplinées, des ajourés sexy, des guimpes fines, brillantes comme de la soie, des brodeurs discrets. Ce serait une collection tout en subtilité et en transparence. Un rêve fou.

Esquisse d'une dentelle

Esquisse d’une dentelle

On appelle Calais*, on parle aux professionnels de la dentelle et le projet atterrit chez Michel, esquisseur aguerri, vous pensez, 40 ans d’expérience dans le métier, expert de ce style de petites fleurs délicates. Pendant 2 jours, Michel soigne son esquisse, la visualise tout en y travaillant les détails. Légère elle sera, toujours plus légère. Puis, direction le Sri Lanka. Ruwan prend la suite, dans l’usine de Biyagama, où a lieu le développement et la production de la dentelle. Il réalise le dessin technique, qui consiste à assurer que cette dentelle sera complètement faisable une fois sur la machine. Ce sera un beau et fin textronic, une dentelle avec du relief, ceci pour donner du corps à la finesse. Chandika orchestre le développement, on commande des fils de Chine, de Taiwan et d’Inde. Puis les machines, fabriquées en Allemagne, commencent le tricotage de la première pièce. Et voici le rêve de l’Italienne Francesca qui devient réalité. Et voici que les mailles se forment pour décrire ce rêve. La dentelle est belle déjà, tendue sur le métier et on sent d’avance l’excitation de la cliente.

Mais voilà. Là, s’arrête l’itinéraire rêvé de ce bout de dentelle. Parce que, entre temps, Francesca en a décidé autrement. Elle a changé d’avis, tout bonnement. A ces audacieuses petites fleurs sauvages, elle a préféré d’autres motifs. Rejetées, dénigrées, nos petites fleurs ne pourront pas s’épanouir  sous le soleil d’Italie. La dentelle restera blanche. On ne prendra même pas la peine de l’écailler en galons. Elle restera une pièce entière, se perdra bientôt dans l’anonymat des rejets et finira par sombrer dans l’oubli total. La poubelle.

Quartier de Pamunuwa, Maharagama. Textiles.

Quartier de Pamunuwa, Maharagama. Textiles.

Cette triste destinée, ce serait sans compter sur la magie du recyclage au Sri Lanka! Rebelle, la pièce atterrira un jour dans le quartier de Pamunuwa, à Maharagama, sur les étals des grossistes en tissus acheminés principalement d’Inde et de Chine. Elle croisera alors le regard d’une jeune entrepreneuse lankaise, Sithumini, qui lui imaginera une seconde vie. Et elle sera alors, de nouveau l’objet d’attentions, d’un autre rêve. Certes, jamais elle ne voyagera vers l’Italie. Jamais, non.

Mais, jupe sage, tranquille et blanche, doublée d’un jupon de coton, elle ira en pèlerinage à Anuradhapura. Se prosternera devant les divinités de l’arbre de santal noir, qui exauce les voeux. Priera intensément pour qu’enfin, un jour, se réalise, pour elle aussi, son rêve fou. Un jour, peut-être, – qui sait? – à la Saint-Valentin 2015.

Emmanuelle Gunaratne

* La ville de Calais est le berceau de la production de la dentelle industrielle en France, dès la fin du XIXème siècle. Aujourd’hui, le label « Dentelles de Calais » désigne des dentelles d’une excellente finesse et de qualité supérieure, produites sur les métiers Leavers. Si vous passez par Calais, nous vous recommandons la  visite de la Cité internationale de la dentelle et de la mode.

2 Commentaires

  1. Ah Emmanuelle ! La dentelle….celle-ci vivra sous le soleil du Sri-Lanka et fera le bonheur de certaines ! Parfois La dentelle se révèlera à toi le temps d’une promenade et tu souriras car elle te racontera encore une histoire … Nous sourirons ensemble , avec plaisir !

    1. Oui Laurence, beaucoup de plaisirs et d’émotions quand je croise ces dentelles… Merci à toi et à tous les créateurs de Calais de continuer à nous faire rêver!
      සුභ අලුත් අවුරුදක් වේවා..Suba Aluth Awurudak Wewa! (Bonne année..)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *