Petite Chamodhi, puisque tu deviens grande…

Les célébrations autour des premières menstruations varient selon les milieux socio-culturels au Sri Lanka.Les célébrations autour des premières menstruations varient selon les milieux socio-culturels au Sri Lanka.

Chère petite Chamodhi,

Voilà je t’écris, afin que restent dans nos mémoires ces événements de la semaine passée. Tout s’est terminé samedi soir. Depuis, tu as dû reprendre ta vie normale et sans doute es-tu maintenant de retour à l’école.

Comment as-tu vécu ces moments… comment pourrait-on les définir de…   » passage à la vie de femme  » ? C’est un peu prématuré sans doute, tu as à peine treize ans. De  » passage à l’adolescence  » ? Bah non, ça, ça ne veut rien dire ici. Alors quoi?  » Puberté « , bof, ce n’est pas très chouette comme terme. Evidemment, tu n’es pas prête à marier. Ce n’est pas ça non plus qu’on célèbre, tu n’es encore qu’une enfant.

Et pourtant, les premières menstruations, c’est quand même un événement majeur dans la vie d’une petite fille qui grandit. Alors, ça méritait bien tous ces petits rituels pendant lesquels toute la semaine, tu as été choyée par ta maman, par ta grand-mère, par les tantes, les cousines, tandis que tu restais isolée dans ta chambre et dans cet environnement féminin… Cela méritait bien aussi la grande soirée que ton père a organisé en ton honneur, pour clôturer l’événement, les 350 invités, cette belle robe de princesse, le maquillage, tous les bijoux en or et les petits talons. Ça méritait sûrement aussi le petit endettement de la famille*. Mais là, je ne commenterai rien. Après tout, c’est la tradition et puis voilà, ce rite de passage, il restera ancré en toi, toute ta vie, comme un grand trésor.

Oui, Chamodhi, comment as-tu vécu ces moments? Je serais curieuse de le savoir.

Combien d’attentions pour toi… D’abord, quand c’est arrivé, tu as couru en parler à ta mère. Tous ont été informés dans la famille et le voisinage et au-delà, et ton père a prévenu son employeur. C’était une évidence – il a pris d’office une semaine de congés pour gérer rituels et célébrations. Puis, tes parents sont allés consulter l’astrologue qui, en fonction de la date et l’heure des premières menstruations, a établi la date et l’heure propices pour les rituels de la semaine. Toi, confinée dans ta chambre, pendant toute la semaine, tu t’es reposée, nourrie de plats végétariens, sans aucune friture. Heureusement, ta cousine est restée avec toi. Elle aussi, elle a raté l’école. Finalement c’était bien agréable, cette ambiance calme, un peu feutrée, les rideaux tirés, laissant juste filtrer quelques rayons de ce soleil brûlant de ce mois de mars. Il y avait les jeux et les livres, de quoi dessiner et écrire. Une semaine de retraite. Tu n’as pas vu ton père bien sûr, pendant cette semaine, ni ton frère, évidemment, ni aucun homme. Juste quelques femmes de la famille.

La jeune fille présente des feuilles de bétel à ses parents.

La jeune fille présente des feuilles de bétel à ses parents.

Et après une semaine, enfin, on t’a lavée en versant cette eau douce, tiède et odorante sur ton crâne. Les yeux fermés, tu sentais et respirais toutes ces épices dans lesquelles l’eau avait été bouillie : le curcuma, le jasmin, la cannelle, le bois de santal, une note de cardamome… Tu aurais voulu que ça dure encore et encore, la sensation de l’eau tiède qui rafraîchit la tête, le visage, le corps et l’esprit. Puis le drap de coton blanc frais qui t’a recouverte. Les rituels ont continué. Tu as présenté des feuilles de bétel à ta mère, puis à ton père, que tu revoyais pour la première fois depuis l’événement. Tu as été recouverte d’or, de cadeaux. Les femmes de la famille t’ont à nouveau isolée et tu as été parée et préparée pour la fête de la soirée : collier d’or et pendentifs aux oreilles, crayon khôl, rouge à lèvre, une robe orangée de froufrous, des petits souliers à talons… Enfin, prête pour  » affronter  » la soirée**.

On allume la lampe à huile pour marquer le début des célébrations.

On allume la lampe à huile pour marquer le début des célébrations.

Puis la fête a commencé dans une salle louée. Les invités affluaient. Et toi, les reconnaissant à peine, te prosternais devant chacun, un peu gauche, parce que ça n’arrêtait pas. A peine relevée fallait-il encore redescendre à terre. Cadeaux, des bijoux pour la plupart… Ton frère, de quelques années ton aîné, arborait fièrement son costume, et affairé, courait ici et là pour l’organisation. Une sono lançait des tubes cinghalais. Séance photos posées sur le grand canapé, avec certains invités. La lampe à huile a été allumée, puis le buffet ouvert. Les invités se sont pressés pour se servir et, après le repas, ils ont dansé. Les hommes sont allés à l’étage. Là où se tenait le bar. Et toi, plus tard, dans la nuit, quand tout est redevenu calme, tu es allée au temple avec la famille, pour la bénédiction.

Finalement, elle a couru cette semaine, et cette journée. Et toi, Chamodhi, tu es devenue un peu plus grande, tout simplement.

Serais-tu étonnée si je te disais que moi quand ça m’est arrivé, je l’ai juste mentionné à ma mère. J’étais un peu embarrassée. C’était un soir. Je me souviens de ce moment, de la date et même de l’heure. Mais, je n’ai pas reçu de cadeaux, ni célébré l’événement avec un repas ou de quelque autre manière. Je suis allée à l’école le lendemain, secrètement fière malgré tout. Sans doute, j’ai dû aussi me confier à ma meilleure copine.

Petite Chamodhi, je te souhaite une vie épanouie. Je t’embrasse,

Emmanuelle Auntie

* La famille de Chamodhi a dépensé environ 3, 5 lacks – 350 .000 roupies – pour la cérémonie, soit 120 fois le revenu mensuel familial.

** Les célébrations liées aux premières menstruations varient selon le milieu culturel au Sri Lanka. Dans les familles plus occidentalisées, on marque plus simplement l’événement, par un repas avec les très proches (grand-parents) et des cadeaux (bijoux en or, parfois un sari). Cependant, les célébrations comme les a vécues Chamodhi sont les plus usuelles. Ici, lien sur une célébration dans une famille tamoule aisée.

Les célébrations autour des premières menstruations varient selon les milieux socio-culturels au Sri Lanka.

Les célébrations autour des premières menstruations varient selon les milieux socioculturels au Sri Lanka.

6 Commentaires

  1. Bonjour Emmanuelle, très beau texte ! J’attendais avec impatience un nouveau post , me voilà rassurée . Les différences culturelles permettent les belles rencontres …et ta plume nous permet de vivre ce moment bien particulier dans la vie d’une petite fille devenue grande . Une belle journée à toi !

  2. Emmanuelle,
    Nous avons lu avec un grand intérêt cette fête pour Chamodhi. J’imagine sa fierté et celle de ses parents…toutefois, comment vivent-ils le fait que cela corresponde à 10 années de leurs salaires?
    Quelles différences de cultures entre les deux pays de tes enfants! Nous aurions pu fêter cet évènement avec un gâteau comme un anniversaire…
    Vrai bonheur de te lire.
    MC

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *