Emmanuelle Gunaratne – Trek'Ceylan http://trekceylan.mondoblog.org Un site sur le Sri Lanka où il fait bon se promener Fri, 27 May 2016 09:27:06 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7.11 Cours privés au Sri Lanka, petite enquête http://trekceylan.mondoblog.org/2016/05/26/cours-prives-sri-lanka/ http://trekceylan.mondoblog.org/2016/05/26/cours-prives-sri-lanka/#comments Thu, 26 May 2016 16:28:47 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=885 14h – Comme tous les jours, Miss Suriya entre dans sa pièce préférée : la fenêtre grande ouverte sur le jardin, sur le rebord de laquelle écureuils et oiseaux se posent pour épier l’intérieur, la porte [...]

Cet article Cours privés au Sri Lanka, petite enquête est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
14h – Comme tous les jours, Miss Suriya entre dans sa pièce préférée : la fenêtre grande ouverte sur le jardin, sur le rebord de laquelle écureuils et oiseaux se posent pour épier l’intérieur, la porte grande ouverte sur la véranda, une lumière crue qui éclaire les quelques bureaux placés autour de sa table. Elle attend tout sourire. Ses élèves ne vont pas tarder. Miss Suriya a la cinquantaine – à peine. Elle enseigne les maths. Elle adore les maths. Indienne d’origine, elle vit au Sri Lanka depuis une vingtaine d’années et a adopté la profession de professeure privée de mathématiques. Elle enseigne chez elle et a bonne réputation. Elle est précise dans ses explications, claire, encourageante et entretient une certaine émulation dans sa classe. Tous les après-midis, toute l’année, de 3 à 5 élèves en moyenne participent à ses cours. Niveau collège. Et travaillent sous son aile pendant 2 à 3 heures. Ce ne sont pas des élèves en difficulté. Certains sont mêmes très largement en avance par rapport au programme. Certains sont premiers de leur classe. Certains adorent les maths. Juste pour le plaisir alors? Par exactement. La flambée des cours privés vient d’ailleurs. D’un système sourdement compétitif.

Nishan participe depuis cette année aux cours de Miss Suriya. Il prépare le O’Level local, qu’il passera en décembre prochain. Quand la cloche de son école sonne à 1h30 (après 6h de cours), il a un ou deux cours privés supplémentaires l’après-midi. Sa mère, Nandika, me confie : “C’est un effort financier certain, mais ce n’est que pour quelques années”. Il a de bons résultats scolaires? “Oui, mais insuffisant par rapport à son ambition…. Il lui faut 9 “A” au O’Level!”. Les jeunes sont ainsi conditionnés à la réussite scolaire. Qui leur permettra d’envisager le système universitaire (gratuit) sri lankais. Qui leur permettra peut-être d’obtenir des bourses pour étudier à l’étranger. Qui leur assurera certainement une réussite sociale plus tard.

15h30 – Mr Krishnakumar, s’apprête à commencer son cours de physique. Sa classe comprend de 25 à 30 élèves. Il a ainsi deux classes par jour et cinq fois par semaine (soit 250 à 300 élèves). Chaque élève paie 3,500 LKR par mois. Si vous faites les calculs, vous obtiendrez un revenu à 6 chiffres, non soumis à l’impôt, bien largement supérieur (disons plus d’une dizaine de fois supérieur) au salaire d’un professeur d’école privée du même niveau. Il n’est pas besoin d’être matheux ou scientifique pour en arriver à la conclusion évidente : les cours privés sont un business florissant au Sri Lanka!

Si vous pensez échapper au système, vous déchanterez vite : ou votre enfant a réellement besoin de soutien scolaire et en tant que parent responsable, vous devrez lui donner toutes les chances de s’en sortir; ou votre enfant se débrouille bien et de lui-même il vous fera la demande, raisonnable et acceptable, de travailler, d’apprendre plus.

Vous n’êtes pas au bout de vos surprises. J’ai découvert récemment un type très innovateur de cours privés. Il s’agit de “sleep-over tuitions”. Ce qui veut dire, les cours privés offrant l’hébergement! Ces cours s’adressent aux élèves qui sont déjà occupés tous les après-midis de la semaine et le week-end et qui n’ont que le soirs après le diner pour ajouter encore un cours. Pour ces élèves, mieux vaut dormir sur place. Et se lever bon pied bon oeil le lendemain – pour étudier!

Que doit-on penser de ces cours, de ce système? Dans un pays qui offre historiquement et largement une éducation gratuite, de la maternelle à l’université. Qu’en pensent sincèrement les jeunes? Courte enquête : les jeunes se sentent parfois emprisonnés dans ce système compétitif. Mais ils ne semblent pas en souffrir. L’ambiance pendant ces cours privés est studieuse et agréable. Jamais je n’ai entendu parlé de dépression nerveuse due à un surmenage intellectuel. Le Sri Lanka offre encore aux jeunes de nombreuses soupapes de sécurité. Conclusion optimiste? Mmm, restons tout de même prudents!

Emmanuelle Gunaratne

Cet article Cours privés au Sri Lanka, petite enquête est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2016/05/26/cours-prives-sri-lanka/feed/ 2
Sri Lanka, la lune pleure en ce soir de Vesak http://trekceylan.mondoblog.org/2016/05/21/vesak-cyclone-sri-lanka/ http://trekceylan.mondoblog.org/2016/05/21/vesak-cyclone-sri-lanka/#respond Sat, 21 May 2016 17:33:49 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=868 Parce que c’est Vesak ce soir, la lune est ronde et belle et blanche. On la devine telle quelle. Cachée derrière de lourds nuages noirs. Elle éclaire peu ce soir. La ville reste sombre et morose. Pas [...]

Cet article Sri Lanka, la lune pleure en ce soir de Vesak est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
Parce que c’est Vesak ce soir, la lune est ronde et belle et blanche. On la devine telle quelle. Cachée derrière de lourds nuages noirs. Elle éclaire peu ce soir. La ville reste sombre et morose. Pas de musique ni de pétards.

Parce que c’est Vesak ce soir, on attendait la fête. Déambuler dans les rues, s’arrêter aux « dansals »* et se laisser accoster par des jeunes devant leurs étals, et accepter un cornet de glace, un verre de pepsi. Reprendre la route, à pied, accompagnée des enfants béats, admirer les maisons et les jardins illuminés de couleurs gaies, les lampes de toutes formes construites diligemment par toute la famille réunie.

Parce que c’est Vesak, les rues devaient être bondées, joyeuses, bruyantes. Comme l’année dernière.

C’est Vesak. Les rues ne sont pas animées cette année. Bien sûr, les femmes ont revêtu leurs tenues blanches et pures et indiquent par cette écharpe de coton qu’elles observent « sil »** aujourd’hui. Elles rentrent du temple.

C’est Vesak – pleine lune de mai. On célèbre l’illumination de Siddharta qui sous son arbre Bô, médite et comprend, et devient ainsi le premier Bouddha. On célèbre le souvenir de sa naissance, transmis jusqu’à nous par des dessins de chérubin gracieux qui légèrement fait ses premiers pas  sur les fleurs de lotus, sous le regard bienveillant de sa mère et de la cour royale.

C’est Vesak et aujourd’hui la lune pleine éclaire sans doute la terre mais au Sri Lanka, elle fuit, derrière un voile nuageux et pleure encore. Elle pleure cette dernière semaine, le cyclone Roanu et les fleuves fous furieux, les pluies torrentielles, les flots de boue qui se sont déversés sur les villes et villages. Les disparus, oubliés, abandonnés, sans abris, déplacés.

Cyclone mai 2016, Sri Lanka

Cyclone mai 2016, Sri Lanka

Sirisena, notre électricien, se trouvait dans sa maison – toujours en construction – quand une pluie dévastatrice s’est déversée chez lui. Il habite près du fleuve Kelani. Il a eu le temps de transporter sur la terrasse au premier étage ses meubles, le frigo, quelques biens, et de quoi survivre, lui et sa famille 24h. Il a assisté avec effarement au spectacle dévastateur. L’ampleur des dégâts lui est apparue soudainement, à mesure que les planches de bois achetées pour ses portes et fenêtres disparaissaient avec les flots… Mais il ne pouvait rien, ni à cela, ni au reste. Témoin impuissant. Il lui fallait continuer à être patient. Attendre un bateau et des secours. Le lendemain. Prier pour que l’eau ne dépasse pas le premier étage. Veiller tour à tour. La situation ne s’est pas améliorée les jours suivants. Les pluies cycloniques ont continué et le fleuve ne s’est pas désempli, alimenté par les pluies des régions montagneuses. Sirisena et sa famille sont désormais hébergés chez des amis.

Des centaines de milliers de Sri Lankais sont ainsi déplacés.

La lune pleure aussi les centaines de villageois ensevelis, près de Kegalle, quand un pan de la montagne s’est effondré.

C’est Vesak pourtant. Un Vesak silencieux et endeuillé.

Emmanuelle Gunaratne

 

(*) Les dansals sont des stands qui s’installent le long des rues au moment de Vesak. Souvent financés par des particuliers ou des sociétés, ils organisent des offrandes pour les passants – boissons, repas, snacks. Les dansals contribuent à l’animation des rues et à une circulation intense! Les voitures s’arrêtent pour que les passagers aient leur cornet de glace à la vanille et n’hésitent pas à bloquer la circulation! Les gens font aussi la queue.

(**) Le jour de Vesak, certains Bouddhistes suivent ce programme religieux – « sil » – qui consiste en sermons, discussions et séances de méditation et prend place dans les temples.

Cet article Sri Lanka, la lune pleure en ce soir de Vesak est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2016/05/21/vesak-cyclone-sri-lanka/feed/ 0
Mais où sont les funérailles d’antan? http://trekceylan.mondoblog.org/2016/02/08/funerailles-sri-lanka/ http://trekceylan.mondoblog.org/2016/02/08/funerailles-sri-lanka/#respond Mon, 08 Feb 2016 17:01:54 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=849 “Mais où sont les funérailles d’antan ? Les petits corbillards, corbillards, corbillards, corbillards De nos grands-pères Qui suivaient la route en cahotant Les petits macchabées, macchabées, macchabées, macchabées Ronds et prospères…” Quand je pense à tes [...]

Cet article Mais où sont les funérailles d’antan? est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
Mais où sont les funérailles d’antan ?
Les petits corbillards, corbillards, corbillards, corbillards
De nos grands-pères
Qui suivaient la route en cahotant
Les petits macchabées, macchabées, macchabées, macchabées
Ronds et prospères…”

Quand je pense à tes funérailles, c’est la chanson de Brassens qui se met à virevolter dans ma tête – surtout le refrain. Les funérailles d’antan. Parce que même au Sri Lanka, de belles funérailles comme les tiennes, je n’en avais jamais vues et je n’en reverrai sans doute pas de sitôt. Magnifiques, grandioses et émouvantes funérailles.

Tu avais eu tout le temps, tout le loisir, pendant cette sale période torturante de fin de vie – et le courage et l’envie – de tout organiser. Un dernier soubresaut de ta personnalité vibrante et ensoleillée. Il fallait que tes derniers moments soient orchestrés et majestueux et reflètent ta vie haute en couleurs. Les fours crématoires électriques du cimetière de Borella – bof. Trop propre et trop classique pour toi. En dix minutes, tout y est terminé. La foule est rassemblée devant cette façade grise et neutre, la famille et les très proches devant – face au mur. C’est tout juste si l’on regarde la petite fumée s’échapper de la cheminée. Ce mur, c’est encore plus triste. Comme un adieu volé.

Un bûcher en forme de stupa

Un bûcher en forme de stupa

Tu as donc préféré le cimetière du quartier près de la maison, à Beddegana. Moins bien entretenu, certes. Et moins « coté ». Cependant, ce petit côté sauvage a son charme. Pas de petits chemins perpendiculaires, ni de fleurs en plastique… Des mauvaises herbes. Quelques pierres tombales seulement çà et là. L’incinération est plus fréquente que les enterrements et quitte à récolter des cendres, autant ne pas les enterrer. Tu ne voulais pas d’une pierre tombale de toutes façons. Tu voulais partir poétiquement, aussi légère que le vent. Et que nous fassions voler tes cendres au-dessus des eaux du Kelani Ganga!

Une petite foule s’est réunie, vêtue de blanc, devant ton lieu d’envol. Voisins, amis, la famille, tes copines en grand nombre. C’était émouvant, ce grand bûcher préparé à l’ancienne. Immense, blanc, imposant. Une structure de bois recouverte de draps blancs. En forme de stupa. Tu nous avais demandé de suivre précisément le cérémonial imposé par la tradition. Tes deux petits-fils, la tête recouverte d’un tissu blanc, chacun muni d’une longue torche, après des rituels d’une marche symétrique de va-et-vient devant le bûcher, ont finalement mis feu à l’édifice en déposant les torches à l’intérieur, sur ton cercueil recouvert de bûches.

Le feu s'est tranquillement propagé vers le haut de l'édifice

Le feu s’est tranquillement propagé vers le haut de l’édifice

Le feu s’est tranquillement propagé vers le haut, très lentement. La foule observait l’édifice se décomposer, dans un son de crépitement. Des lambeaux de tissus s’échappaient de ce grand brasier. Les uns et les autres restaient sous le charme. Jusqu’à l’écroulement complet de l’édifice. Les flammes ont duré longtemps, bien longtemps après que la foule ne se disperse. Le soir, quand nous sommes repassés sur ces lieux après quelques heures, il y avait encore des braises rougeoyantes.

Embrasement du bûcher

Embrasement du bûcher

Nous nous sommes arrêté pour observer les braises. Comme dans la chanson, nous en avons profité pour payer un verre au fossoyeur. Pas parce que nous étions des « héritiers contents » (toujours selon la chanson…). Juste parce que – quand même – quelle vie d’être fossoyeur! D’assister à des milliers de funérailles dans sa vie. De nettoyer les cendres.

Il avait plu sur les cendres le lendemain matin. La journée était radieuse. Dans un petit pot en terre cuite libellé à ton nom, nous avons déposé quelques paquets de cendre encore humide, des bouts d’os. Puis, après une bonne heure de route pour trouver un coin tranquille le long du Kelani, nous avons cassé le pot au-dessus de la rivière et tes cendres s’y sont répandues.

Ricochets sur le Kelani Ganga

Ricochets sur le Kelani Ganga

Et longtemps encore, nous sommes restés les yeux rivés à suivre tes ricochets.

 

Emmanuelle Gunaratne

 

Cet article Mais où sont les funérailles d’antan? est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2016/02/08/funerailles-sri-lanka/feed/ 0
Rêve insolite d’un thalagoya en pyjama http://trekceylan.mondoblog.org/2016/01/28/reve-insolite-dun-thalagoya-en-pyjama/ http://trekceylan.mondoblog.org/2016/01/28/reve-insolite-dun-thalagoya-en-pyjama/#comments Thu, 28 Jan 2016 16:30:21 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=831 C’était l’heure de la sieste, un de ces après-midis où la chaleur vous aplatit d’un coup sur le lit. Je me trouvais donc emportée dans un sommeil lourd, à mille lieues de la réalité. Ce furent [...]

Cet article Rêve insolite d’un thalagoya en pyjama est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
C’était l’heure de la sieste, un de ces après-midis où la chaleur vous aplatit d’un coup sur le lit. Je me trouvais donc emportée dans un sommeil lourd, à mille lieues de la réalité.
Ce furent les chuchotements inquiets de mon mari qui me tirèrent de mes rêves. “Il y a quelqu’un sous le lit. Ça bouge” me disait-il. Il osa le premier se pencher du lit pour vérifier. “Ne bouge pas, c’est une bête”.
J’imaginais un serpent qui, d’un moment à l’autre, s’enroulerait autour du pied du lit puis ramperait vers moi, menaçant. Eh bien, quelle ne fut pas ma surprise quand je vis poindre hors de sa cachette, le crâne triangulaire d’un énorme thalagoya*. Et qu’en plus, comble du comble, ce thalagoya portait des lunettes!
Figurez-vous la bête : un reptile, croisement entre un lézard géant et un iguane, d’environ 1m50 de long, qui erre habituellement chez nous (au Sri Lanka) enfoui dans les égouts, à la recherche d’escargots, d’insectes, d’oeufs et d’herbes, et qui trouve aussi son compte dans les déchets, les poubelles. Vous pouvez fréquemment le voir vous toiser quelques instants de son regard, montrant sa langue bifide et disparaître. On le dit inoffensif.

Thalagoya sri lankais

Thalagoya sri lankais

Mais là, il se tenait à un demi-mètre, aussi apeuré que moi. Je n’avais alors vu que sa tête, qui dépassait de dessous le lit. Je le devinais déjà, gauche et tentant malhabilement de trouver une issue de secours. La fenêtre était encore ouverte, mais mon mari lui en bloquait l’accès.
Il restait la porte entrouverte.
Il sortit brusquement de sa cachette et s’engouffra dans la mince ouverture de la porte. Il était énorme – oui, bien un mètre cinquante, et, chose extraordinaire, il avait revêtu mon pyjama. Mon pyjama blanc avec des mini fleurs grises et bleues. Je l’avais négligemment abandonné au pied du lit ce matin-là et il avait dû profiter de notre torpeur pour s’y faufiler. La queue remuait dans les deux jambes de pyjama. Comment? Cela reste un mystère, tout comme le fait que le tee-shirt du pyjama, dans lequel il aurait dû nager, lui seyait parfaitement.
Le thalagoya à lunettes et en pyjama parvint à sortir de notre chambre.
Il entrait maintenant dans la salle à manger.
Quelle scène drôle et rocambolesque! Le thalagoya tentant de s’enfuir, emballé par la peur, dans mon pyjama bleu-blanc-gris. Son corps et sa queue remuant en tous sens, frappant sous ses coups dispersés et involontaires livres et objets qui jonchaient la pièce. Mon mari, qui le chassait, armé d’une batte de cricket, prise au hasard, et les enfants, soudainement tirés de leur occupation, complètement éberlués, qui observaient cette apparition improbable du thalagoya à lunettes dans le pyjama de leur mère.
L’animal s’échappa finalement par une fenêtre ouverte. Nous étions plantés là, hébétés, le regardant s’éloigner. Il sautait d’arbres en arbres, puis s’envola dans le ciel. Toujours dans mon pyjama bleu-blanc-gris. Il disparut de notre vue, et s’effaça dans le ciel nuageux.

(*) Thalagoya, තලගොය en cinghalais

Cet article Rêve insolite d’un thalagoya en pyjama est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2016/01/28/reve-insolite-dun-thalagoya-en-pyjama/feed/ 1
Good Market : rendez-vous samedi, près du Nuga Tree http://trekceylan.mondoblog.org/2015/10/23/good-market/ http://trekceylan.mondoblog.org/2015/10/23/good-market/#respond Fri, 23 Oct 2015 03:58:09 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=795 A l’heure des grandes décisions, de la COP 21 et autres stratégies planétaires, revenons vers ces valeurs simples qui sont l’affaire de chacun.

Cet article Good Market : rendez-vous samedi, près du Nuga Tree est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
Rendez-vous samedi, de 10 h à 18 h – “rain or shine” – qu’il pleuve des cordes ou sous un soleil brûlant – rendez-vous près du Nuga Tree, Colombo 7.

La petite communauté concernée aura reconnu l’appel du Good Market!

Depuis 4 ans, tranquillement, une mini communauté concernée – combien ? Une centaine au départ? – s’est agrandie en une petite communauté, 80 000, si l’on se base sur le nombre d’amis Facebook. Enorme!

Au départ, le concept est simple : il s’agit de rassembler toutes les bonnes initiatives : celles qui embellissent le monde, la Planète, celles qui adoucissent la vie de la communauté, celles qui oeuvrent pour la paix, le richesse spirituelle, celles qui prennent soin de notre santé. D’où le nom, le “good” market – difficilement traduisible dans la langue française. Un slogan qui accroche : Good for the Planet, Good for the Community and Good for YOU! (Bon pour la Planète, bon pour la communauté et bon pour toi).

On a donc regroupé ces initiatives sous un espace commun et on leur offre un accès à un marché.

Artisanat local vibrant de couleurs

Artisanat local vibrant de couleurs, réalisé par des femmes veuves après le conflit, près de Polonnaruwa.

Le Good Market, ça pourrait sembler légèrement bobo… Qui veut manger bio et sain ? Qui s’intéresse à l’artisanat local, aux produits de beauté naturels, aux techniques de massage pour le bien-être ? Mais vous constaterez rapidement que l’esprit se veut avant tout populaire, car l’idée de ce marché est de provoquer des rencontres. Les Sri Lankais urbains qui reviennent à des valeurs simples et des Sri Lankais convaincus de la richesse de leurs produits et services. L’idée aussi, c’est d’être une source d’inspiration, une petite économie modèle et de grandir, pour devenir un jour un marché accessible à tous.

Près du Nuga Tree, on fait des rencontres passionnantes.

Avec "Thusare Talking Hands", des non-voyants sont formés au massage shiatsu.

Avec « Thusare Talking Hands », des non-voyants sont formés au massage shiatsu.

On aime les massages chez Thusare Talking Hands, les mains qui parlent, ce sont les mains d’une dizaine de personnes non-voyantes, formées aux techniques du massage Shiatsu. On s’y bouscule. C’est un moment reposant. 20 minutes de massage, nuque, épaules, orteils… Waouh!

Il s’agit donc d’un activisme doux, qui valorise ces initiatives discrètes contribuant, chacune à leur manière, à un monde meilleur, plus équitable et plus durable. Agréablement et subrepticement, on y aborde les thèmes clés du développement durable tels que la biodiversité, la réduction de la pauvreté, la consommation responsable. On y apprend à apprécier la culture bariolée du Sri Lanka : les mehendi (henné) de la musulmane Farhath, les spécialités culinaires tamoules de Jaffna, les cours de yoga ou de zumba en plein air et ouverts à tous…

Susantha au Brown Bean Coffee

Susantha au Brown Bean Coffee

On s’arrête facilement à Brown Bean Coffee. On aime l’histoire de Susantha, le fondateur. Il est toujours là qui s’active avec le sourire . On perçoit encore, derrière ce sourire et cette posture active, une pointe d’inquiétude, malgré tout, celle de bien faire. Il a commencé sa vie professionnelle lentement, comme d’autres, au Moyen-Orient, en tant que barista. Il est passionné de café, de recettes exactes de capuccino et café latte. Il revient après plusieurs années sur sa terre natale lankaise, avec un petit capital, suffisant pour vivre son rêve d’entrepreneur et démarrer sa propre coffee shop. Il rencontre les bonnes personnes et le Good Market, qui vont l’aider dans les démarches administratives et lui permettre de réaliser son rêve.

Légumes bio provenant d'une ferme près d'Anuradhapura

Légumes bio provenant d’une ferme près d’Anuradhapura

De l’autre côté du marché, on rencontre l’association Sevalanka, qui, sur ces terres d’Anuradhapura, a développé une ferme bio, où l’on protège des variétés de riz menacées.

Pour paraphraser Yann-Arthur Bertrand, qui s’exprime sur ces mêmes thèmes, “.. réussir sa vie professionnelle, c’est pas très difficile mais réussir sa vie d’homme, c’est beaucoup beaucoup plus compliqué…”. Il faut faire preuve de beaucoup d’humanité. Et l’humanité s’exprime ici à travers ces valeurs de partage.

Alors, rendez-vous samedi près du  Nuga Tree ? Vous repérerez facilement ce ficus géant aux racines multiples entrelacées, aux branches tombantes qui se ressourcent en terre. Et sous son ombrage immense, vous rencontrerez une population avide de changements. Pour ceux qui ne peuvent nous y rejoindre, rendez-vous ici ou .

A l’heure des grandes décisions, de la COP 21 et autres stratégies planétaires, revenons vers ces valeurs simples qui sont l’affaire de chacun.

Emmanuelle Gunaratne

Crédits Photos : merci aux photographes talentueux qui se promènent sur le Good Market et partagent leurs photos en ligne!

Cet article Good Market : rendez-vous samedi, près du Nuga Tree est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2015/10/23/good-market/feed/ 0
Enfant moine http://trekceylan.mondoblog.org/2015/09/26/enfant-moine/ http://trekceylan.mondoblog.org/2015/09/26/enfant-moine/#comments Sat, 26 Sep 2015 01:38:53 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=785 Rita dit qu’il a décidé. On ne sait pas trop, lui, elle. En tous les cas, son fils voulait aussi rejoindre le Sangha, selon elle.

Cet article Enfant moine est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
Rita se lève toujours du bon pied. Elle rejoint son travail vers 7 h le matin, à pied et en bus, traversant la longue vallée de Mirihawatte. Vêtue d’une jupe de coton fleurie et d’un chemisier léger. Elle emporte son déjeuner qu’elle cuisine avant de partir. Dans son baluchon.

Bon pied bon oeil : elle offre toujours une mine réjouie, un sourire immense, franc, jusqu’aux oreilles. Elle adore son travail : elle entretient un jardin – dans une association. Elle aime la compagnie de ses collègues et l’environnement fleuri, sain, vert, des montagnes environnantes. Les senteurs multiples et les couleurs rafraichissantes du jardin.

Rita est jeune. Autour de 35 ans, probablement. Elle est grande, élancée, engage facilement la conversation et rit souvent.

Nous nous sommes rencontrées en désherbant un parterre. En retirant quelques herbes étrangères parmi les pieds de menthes, basilic, roquettes et autres feuilles de salade. Elle parlait de sa vie. Des difficultés quand elle a perdu son mari, son père, la même semaine. Un accident, une maladie. Pas de ton plaintif. Toujours la même voix forte, factuelle. Pas de sourire non plus – là, juste – il s’efface. C’était il y a deux ans.

Young male monks (7-9) walking up steps outdoors, rear view

Jeunes moines lankais

Elle parle de son fils. Il avait 10 ans à l’époque. Maintenant, il est moine. Il vit dans un monastère près de Colombo. Elle part le voir ce vendredi qui vient et revient dimanche, en soirée, bien sûr elle a son travail lundi. Elle tente de me montrer une photo sur son petit téléphone portable. Mais on n’y voit rien, sous le reflet de ce soleil radieux. Une fois par mois, elle lui rend visite. Un large sourire éclaire son visage.

Rita dit qu’il a décidé. On ne sait pas trop, lui, elle. En tous les cas, il voulait aussi rejoindre le Sangha, selon elle. Et elle est contente qu’il ait pris cette décision. Qu’ils aient pris cette décision.

Toujours accroupies parmi nos parterres de feuilles, nous continuons à discuter. Du moins, j’écoute et j’essaie de penser. Rejoindre un ordre est une décision lourde déjà pour un adulte. Alors, pour un enfant? Pourtant, pas de tristesse dans le timbre assuré de Rita.

Don, sacrifice? Pour les âmes des disparus? Résignation? Quelle logique a bien pu diriger Rita et son fils vers cette décision.

Ou bien, la nécessité? Si c’était la pauvreté qui l’avait poussée, subrepticement, vers cette décision? L’appât d’une assiette remplie pour lui, d’une éducation offerte? De la tranquillité de le savoir dans un lieu sûr, sécurisé, bienveillant? (Et là on fait abstraction de certaines allégations d’abus envers ces jeunes, qui pèsent sur ces lieux). D’un avenir assuré?

La réalité est sans doute quelque part entre toutes ces raisons ou bien ailleurs, un peu plus loin. Insaisissable. Dans ce sourire franc éternel, dans cette voix forte, dans cette attente tournée vers vendredi et la visite du week-end à venir.

Cet article Enfant moine est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2015/09/26/enfant-moine/feed/ 1
Des arômes de café bien particuliers http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/31/aromes-cafe/ http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/31/aromes-cafe/#comments Mon, 31 Aug 2015 12:17:19 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=776 Dans le café de la trentaine, j’ai découvert de nouveaux arômes. Moins d’insouciance, toujours autant de plaisir, de tranquillité et de liberté.

Cet article Des arômes de café bien particuliers est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
Le café de l’enfance, avait l’arôme de la sécurité, des petits-déjeuners, des tartines grillées, des parents, de la cellule familiale qui prenait le temps, au matin, de partager un moment. Qui prenait le temps de la tranquillité.

A l’adolescence, le café a conservé son arôme de tranquillité. Il a aussi revêtu celui de la liberté. La petite tasse de café, expresso, on la dégustait au “Bureau”, le bar-café qui nous accueillait les jeudis après-midi, pendant l’heure d’étude. On s’y retrouvait à quatre copines, Claire-Marie et les autres, et on prenait la consommation la moins chère, 4 francs la tasse.

Le café de la vingtaine est devenu plus artificiel. C’était celui des machines à café. Dans un gobelet en plastique beige. Je le prenais lacté et chocolaté. Au boulot à Evry. Il avait un peu moins l’arôme de la tranquillité, il avait toujours l’arôme de la liberté, celui d’échapper quelques minutes à l’ambiance sérieuse du bureau et de retrouver l’insouciance des potins et des rires autour d’une machine.

Les meilleures graines seront sélectionnées manuellement, chez Hansa (Sri Lanka)

Les meilleures graines seront sélectionnées manuellement, chez Hansa (Sri Lanka)

Au Sri Lanka, quand je suis arrivée, pas de machine à café au bureau. C’était la tasse de thé, qu’on venait nous apporter – Nihal ou Azar – sur un plateau, servi à heures précises, 10 h et 15 h 30, cérémonialement. Ces années-là, le café, c’était le luxe. Le luxe retrouvé lors de mes voyages en France. Dans un grand mug. Un café partagé avec ma soeur, après le déjeuner. Un café spécial, aromatisé, d’Ethiopie, paquet sélectionné dans une boutique de café à Angers. Dans le café de la trentaine, j’ai découvert de nouveaux arômes. Moins d’insouciance, toujours autant de plaisir, de tranquillité et de liberté et aussi l’arôme des confidences. Délicieuses, avec un carré de chocolat.

Savez-vous planter les caféiers? On les plante avec le doigt.

Savez-vous planter les caféiers? On les plante avec le doigt (à la mode, à la mode…)

Le café de la quarantaine est devenu une affaire très sérieuse. L’expresso, les gobelets en plastique, j’aime plus. Les cafés des plantations, je peux plus. Les lectures, les voyages sont venus entre-temps, bouleverser ma conscience. J’ai découvert l’arôme particulier des graines de café sri lankais. J’en connais les arbres, qui poussent dans les jardins ombragés près des forêts, près d’un arpent de thé, au milieu d’un jardin potager. Ce sont des caféiers de la biodiversité. Ici, pas du capitalisme. Ici, pas de prolétariat. Cet arabica a l’arôme de la liberté. La mienne et celle des producteurs.

Curieuse de découvrir encore de nouveaux arômes. Curieuse, intriguée… Il paraît qu’il y en a plus de 700 dans le café. Parole de connaisseurs.

Emmanuelle Gunaratne

Cet article Des arômes de café bien particuliers est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/31/aromes-cafe/feed/ 1
Une barrière de gliricidia chez Nandana http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/22/gliricidia/ http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/22/gliricidia/#respond Sat, 22 Aug 2015 10:27:23 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=756 Dans six mois, on devinera déjà l’esquisse d’une haie plus touffue. D’autres espèces, plantées entre les gliricidia auront aussi poussé.

Cet article Une barrière de gliricidia chez Nandana est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
Nous étions chez Pradeepa le mois dernier, nous voici maintenant chez Nandana. Toujours sur le même projet, à long terme, d’apporter un soutien aux familles pour l’établissement de jardins biologiques, sur la commune de Mirihawatte au Sri Lanka. Avec l’espoir affiché qu’un jour, cette montagne, qui sert de source pour le grand fleuve de Mahaweli sera replantée d’une forêt riche en biodiversité, assurant ainsi le protection d’espèces rares, un sol riche, un air et une eau purs. Et que les habitants y puiseront aussi leur revenu, en partie grâce à leurs jardins, qui seront le complément de cette forêt. Aujourd’hui, nous nous penchons sur la technique des barrières végétales de gliricidia, très présentes autour des “home gardens” sri lankais.

Nandana et Shirani ont deux enfants. Août, ce sont les vacances. Il y a donc toujours des petits amis, des voisins ou des cousins qui traînent aussi dans le jardin. Le terrain est vaste, la terre devenue ingrate sur ce sol en pente et difficile d’accès. Nandana est cultivateur : thé, kithul, choux, tomates et autres légumes et fruits. Il utilise des engrais et fertilisants chimiques. Ce n’est donc pas l’intégralité que l’on

Préparation des trous...

Préparation des trous…

convertit au bio. Une petite partie seulement de ces 3 acres (1,2 ha) . Une opportunité pour démontrer qu’il y a un marché pour les produits bio, que la terre sera enrichie naturellement, que ce système où les producteurs fixent leurs prix sera avantageux pour la famille de Nandana. Bref qu’il n’y aura pas de baisse de revenu. Et qui sait, peut-être qu’un jour, Nandana évoquera le besoin de convertir toute son exploitation en bio! Et puis, il y a les enfants qui courent ici et là pendant que l’on travaille et qui apprennent aussi, en regardant et en participant à l’excitation du groupe.

Ceci pour replacer dans le contexte le thème de cette fiche : le comment et le pourquoi d’une barrière végétale de gliricidia.

Equipe au travail, pour planter une trentaine de pieux.

Equipe au travail, pour planter une trentaine de pieux.

Au deuxième jour de notre mission, après la fabrication d’un tas de compost dans les règles de l’art, nous commençons donc, armés de bêches, de piques, de coques de noix de coco, à gratter, percer, trouer la terre sèche du jardin, en intervalles réguliers de 1 mètre environ. Au total une trentaine de trous, profonds d’environ 30-40 cm. Le soleil tape dur déjà en milieu de matinée. Une autre partie du groupe, à la machette, choisit et taille les branches d’arbres de gliricidia. Il en résulte une trentaine de pieux, droits et défeuillés, bien vivants sous leur air sobre de bâton de pèlerin.

 

On taille les branches solides des gliricidia du jardin

On taille les branches solides des gliricidia du jardin

Qu’est-ce donc que le gliricidia? 

Bien connu de toute la zone tropicale, le gliricidia sepium (nom scientifique) – de la famille botanique des fabacées (légumineuses) – compte une multitude de noms communs, ce qui révèle l’importance de cette espèce auprès des populations rurales. C’est en effet un arbre qui présente de multiples fonctions. De taille moyenne, il pousse rapidement (environ 3 mètres sur la première année), et sert facilement de haie – comme chez Nandana. Les branchages, une fois taillés, sont appliqués sur les champs, comme fertilisant naturel. Cette légumineuse se décompose en effet rapidement et produit de l’azote en grande quantité. C’est donc un excellent fertilisant organique quand les produits du taillage sont posés entre les rangs de thé ou de cocotier. Il réduit même l’incidence de certaines maladies comme le mildiou sur les feuilles de thé. Sa richesse en azote en fait une matière première verte idéale pour le compost. Egalement connu comme combustible efficace dans les foyers, il prévient aussi contre l’érosion, propriété très utile pour le jardin en étages multiples et en pente de Nandana. Il apporte aussi de l’ombre aux caféiers et cacaotiers et est apprécié comme forage animalier.

On effeuille les branches pour en faire des pieux.

On effeuille les branches pour en faire des pieux.

C’est donc une espèce essentielle dans l’agriculture tropicale et bien connue à travers le Sri Lanka comme sur ce village de Mirihawatte.

En fin de matinée, la barrière a pris sa forme simplissime initiale – une série de bouts de bois plantés autour du jardin, raccordés de trois rangées de fils de fer. Dans six mois, on devinera déjà l’esquisse d’une haie plus touffue. D’autres espèces, plantées entre les gliricidia auront aussi poussé. Dans un an, le jardin bio sera complètement

On effeuille les branches pour en faire des pieux.

On relie les pieux avec trois hauteurs de fils de fer.

délimité par cette barrière végétale d’arbres. Le veau de Nandana en appréciera le feuillage, les rangs de la petite plantation de thé attenante y trouveront leur source de fertilisant naturel, les tas de compost leur dose d’azote et les caféiers juste plantés un ombrage rafraichissant.

Cette mission a été conduite dans le cadre d’un voyage solidaire organisé par Double Sens. Les missions sont coordonnées par l’association Rainforest Rescue International, qui promeut au Sri Lanka et à travers le monde, le concept de forêt analogue, sur le site de Belipola (village de Mirihawatte).

Emmanuelle Gunaratne

On relie les pieux de gliricidia avec des fils de fer

On relie les pieux de gliricidia avec des fils de fer

 

 

Cet article Une barrière de gliricidia chez Nandana est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/22/gliricidia/feed/ 0
Le compost en tas, dans le jardin de Pradeepa http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/07/compost-tas/ http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/07/compost-tas/#comments Fri, 07 Aug 2015 15:27:51 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=707 Voici une première d'une série de fiches pratiques sur la biodiversité portant sur le jardinage bio : une expérience vécue au Sri Lanka.

Cet article Le compost en tas, dans le jardin de Pradeepa est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
Voici la première d’une série de fiches pratiques sur la biodiversité portant sur le jardinage bio. Elles sont réalisées à partir de mes expériences de l’été alors que j’accompagne des groupes de voyageurs français « solidaires ». Ils – ou plutôt elles, car il s’agit en très grande majorité de femmes – ont choisi de dédier une partie de leur temps de vacances à la rencontre des Sri Lankais, sur des projets environnementaux. En même temps, c’est tous les jours un apprentissage : des méthodes de compostage à la construction de barrières végétales, des règles de certification « bio » aux avantages de la polyculture à outrance, des réflexions et concepts posés sur plans aux sourires satisfaits des fins de journées, on apprend tout autant qu’on donne! Aujourd’hui, la méthode du compost en tas!

C’est dans le jardin de Pradeepa, sur les hauteurs du  village de Mirihawatte (dans les montagnes, près de Bandarawela, à environ 2 100 m d’altitude) que nous bâtissons notre tas de compost. Une étape essentielle pour le jardinage bio. Ici, les jardins sont vastes et les plantes poussent vite. La matière pour le compost ne manque pas. La méthode idéale pour ce lieu, c’est le compostage en tas, une technique idéale pour les jardins qui produisent beaucoup de déchets verts.

On prépare le bout de terrain carré réservé pour le compost, à mi-ombre, marqué par les piquets à chaque coin, 4 m2. On le bêche avec un mamothi et on réserve la matière verte. Puis on aère la terre en la piquant.

Collecte de branchages et feuilles mortes.

Collecte de branchages et feuilles mortes.

On récolte feuilles et petit bois mort en grande quantité. C’est ce qui constituera la matière carbonée – avec la paille, la sciure de bois, du papier ou carton. Parallèlement, on a à disposition les déchets azotés du jardin, la matière verte – mauvaises herbes, déjections animales (on a acheté 3 sacs de fumier de vache, chèvre, poule), les branchages verts des barrières végétales, des feuilles de bananier, des déchets de cuisine…

Sur une surface de 1m2 de cette terre aérée et bien arrosée, on dispose méthodiquement une couche épaisse de matières sèches et mortes (feuilles et petits branchages). Environ 15 cm de hauteur. On arrose bien.

Arroser très généreusement entre chaque couche.

Arroser très généreusement entre chaque couche.

Puis on continue avec des matières vertes, sur le même carré, environ la même hauteur. On saupoudre généreusement de fumier de poule et on arrose à nouveau généreusement.

On répète cette superposition en alternant déchets azotés et carbonés de façon bien équilibrée, jusqu’à ce que la pile de couches successives atteigne environ 1 m de hauteur. Le type de fumier varie (poule, chèvre, vache). En milieu de pile, on a ajouté une couche de copeaux de bois sur la couche de branchages secs. Très important : on arrose largement entre chaque couche! On termine le tas par de l’herbe sèche, de la paille et on recouvre de terre du jardin.

Piquer le tas en maints endroits pour apporter l'oxygène.

Piquer le tas en maints endroits pour apporter l’oxygène.

Il faut maintenant ajouter l’oxygène : on pique le tas jusqu’au sol une dizaine de fois. Puis on ferme le tas avec une bâche en plastique.

Pradeepa est ravie. Chaque matinée de travail est coupée par une longue pause. Aujourd’hui, elle nous a préparé un kolakanda. Pour les enfants qui gravitent autour du jardin, c’est l’occasion très enrichissante d’échanger. La langue n’est pas une barrière.

Retourner le tas tous les 7 jours.

Retourner le tas tous les 7 jours.

Au bout de 7 jours, on retournera cette pile pour reformer une structure carrée qui aura diminué en hauteur. On recommencera 7 jours après. Au 21e jour, le compost sera prêt à l’utilisation. 1m cube au départ constitue 450 kg de compost! Pour un jardin de 2 ares (200 m2), on recommande 7 tas de compost..

Cette expérience dans les jardins sri-lankais est menée lors de voyages solidaires organisés par l’agence française Double Sens. En juillet,  l’équipe (composée de cinq femmes et un jeune garçon) a contribué à la mise en place de deux jardins bio dans le village de Mirihawatte et à la plantation d’arbres le long de la rivière – au total 140 plantes et 34 arbres.

C'est chaud? C'est que ça marche...

C’est chaud? C’est que ça marche…

Ces actions sont encadrées par l’association Rainforest Rescue International qui vise à la promotion de la forêt analogue, sur le site de Belipola.

 

 

 

 

Emmanuelle Gunaratne

Cet article Le compost en tas, dans le jardin de Pradeepa est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2015/08/07/compost-tas/feed/ 1
Protection des mangroves, Laudato Si’ du Sri Lanka http://trekceylan.mondoblog.org/2015/06/22/mangroves-sri-lanka/ http://trekceylan.mondoblog.org/2015/06/22/mangroves-sri-lanka/#respond Mon, 22 Jun 2015 04:22:22 +0000 http://trekceylan.mondoblog.org/?p=696 A l’heure de la publication de l’encyclique Laudato Si’ du pape François, consacré aux questions écologiques, nous revenons sur une décision majeure du gouvernement lankais, prise en mai dernier. Elle concerne la protection de l’intégralité de ses [...]

Cet article Protection des mangroves, Laudato Si’ du Sri Lanka est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
A l’heure de la publication de l’encyclique Laudato Si’ du pape François, consacré aux questions écologiques, nous revenons sur une décision majeure du gouvernement lankais, prise en mai dernier. Elle concerne la protection de l’intégralité de ses mangroves. Cette décision, saluée par la presse et par les organisations environnementales comme un pas historique, résonne aujourd’hui comme une illustration toute adaptée au discours papal. Le Sri Lanka est pionnier, au niveau mondial, dans la protection des mangroves existantes, soit de 8000 ha de végétaux.

L’initiative est née en 1997, avec une association locale, Sudeesa, qui travaille alors à la protection des écosystèmes côtiers. L’association s’appuie pour cela sur les femmes de ces régions, les incitant à protéger les mangroves en échanges de micro-crédits. Les femmes utilisent cette aide financière pour démarrer une activité lucrative et sont sensibilisées à la nécessité de prendre soin de l’écosystème côtier. Par extension, ce sont les familles et l’ensemble de la communauté qui bénéficient de ces programmes.

Programme de sensibilisation à Ambalantota, organisée par Seacology

Programme de sensibilisation à Ambalantota, organisée par Seacology

Et voilà que désormais, 18 ans plus tard, ces initiatives s’étendent à l’échelle nationale, avec la participation du gouvernement sri lankais et du groupe environnemental Seacology (basé aux Etats-Unis). Ampleur multipliée. Une initiative sur 5 ans, un projet de 3,4 millions USD pour préserver l’intégralité des mangroves de l’île.

“Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer.” (Laudato Si’)

Ces paroles font écho aux discours du président lankais, Maithreepala Sirisena : “Il va de la responsabilité de toute institution gouvernementale, des institutions privées, des organisations non-gouvernementales, de la communauté des charcheurs, de l’intelligentsia et de la société civile de s’unir pour trouver des solutions et protéger nos mangroves”.

Les mangroves sont des écosystèmes de marais maritimes incluant de nombreux arbres et végétaux principalement ligneux comme le palétuvier, et que l’on trouve le long des lagunes. Le Sri Lanka en est riche, comptabilisant plus de 21 types de mangroves, une richesse de biodiversité. Les poissons et autres animaux marins aiment les racines longues, habitat favori pour leur reproduction. Source aussi de revenus pour les pêcheurs et leurs familles. Les deux-tiers des protéines consommées par les Sri Lankais proviennent du poisson et 80% du poisson consommé a été pêché dans les lagunes de la côte. Sur le plan écologique, les mangroves sont aussi parmi les écosystèmes les plus productifs en biomasse de la planète. Elles contribuent aussi à la résilience écologique des côtes contre les cyclones, raz-de-marée, et limitent l’érosion.

Un écosystème riche en biodiversité

Un écosystème riche en biodiversité

Or, pour le Sri Lanka, 76% de ce capital aurait disparu au cours du dernier siècle. Une véritable catastrophe écologique… A qui la faute? La guerre civile est jugée responsable du tiers de cette perte. Les mangroves étaient en effet un refuge idéal pour les Tigres tamoules et beaucoup ont été détruites pendant les affrontements. Egalement les éleveurs de crevettes qui souvent sans autorisation ont détruit les mangroves pour y installer leurs fermes. Et puis les villageois qui coupent le bois comme source d’énergie pour cuisiner. Dans tous les cas, un manque d’information et d’éducation.

Aujourd’hui, on mesure les effets catastrophiques. Le poisson devient rare. Le tsunami de 2004 a fait des ravages.

“Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale”. (Laudato Si’)

Les plus larges concentrations de mangroves sont localisées sur la lagune de Puttalam (nord-est de l’île), sur les districts de Trincomalee et de Batticaloa (nord-est). Régions ravagées par le conflit, appauvries, éloignées des routes commerciales du pays. Une crise complexe socio-environnementale.

“Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature” (Laudato Si’).

Une organisation internationale, une association locale et le gouvernement lankais s'engagent ensemble pour la protection de l'intégralité des mangroves au Sri Lanka

Une organisation internationale, une association locale et le gouvernement lankais s’engagent ensemble pour la protection de l’intégralité des mangroves au Sri Lanka

Le nouveau programme s’appuie toujours en grande majorité sur les groupes de femmes. Pratiquement, cela commence par des programmes de sensibilisation dans les villages côtiers. Les participantes à ces programmes comprennent rapidement l’importance des mangroves pour l’écosystème, y compris pour la population marine. Ces programmes de sensibilisation offrent un accès facilité à des prêts de micro-crédit (d’un montant de 100 USD). Les femmes sont parallèlement formées à un métier qui leur permettra de débuter une petite affaire : restaurant, salon de coiffure, boulangerie, atelier de couture, commerce pour trouver de nouveaux débouchés pour le poisson, apiculture… En échange, elles s’engagent à protéger une zone de mangroves qui leur est attribuée. Pour inciter les familles à ne plus se “servir” du bois des mangroves, on leur donne aussi un fourneau à faible utilisation d’énergie.

Une femme s'engage dans une entreprise de boulangerie - Ambalantota, Sri Lanka (Seacology)

Une femme s’engage dans une entreprise de boulangerie – Ambalantota, Sri Lanka (Seacology)

Les lignes de l’encyclique résonnent encore :

“Une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres”. (Laudato Si’)

Sur les 1500 communautés côtières qui vont bénéficier du programme, on estime à 15000 le nombre de personnes qui pourront avoir accès au micro-crédit. La moitié, des veuves de guerre. Le reste, des personnes ayant quitté tôt l’environnement scolaire.

N’est-ce pas déjà une forme de “nouveau dialogue sur la façon dont nous contruisons l’avenir de notre planète” comme le souligne et le souhaite ardemment le pape François? Le Sri Lanka s’en dit convaincu, espérant faire des émules parmi les pays voisins asiatiques, riches également en mangroves.

Emmanuelle Gunaratne

Projet de conservation des mangroves au Sri Lanka

Projet de conservation des mangroves au Sri Lanka

Cet article Protection des mangroves, Laudato Si’ du Sri Lanka est apparu en premier sur Trek'Ceylan.

]]>
http://trekceylan.mondoblog.org/2015/06/22/mangroves-sri-lanka/feed/ 0