L’ayurveda ou l’art de vivre au naturel

Nil manel (lotus bleu), fleur nationale du Sri LankaNil manel (lotus bleu), fleur nationale du Sri Lanka, Crédit Photo : Michael Shehan Obeysekera via Flicker

Ayurveda.. « Ayur », la vie. « Veda », la science. Un terme simple pour une médecine naturelle plusieurs fois millénaire. Une science héritée d’une sagesse de l’humanité, mais préservée spécifiquement en Inde et au Sri Lanka à travers les traditions, les rituels et les coutumes locales. Spécialiste de l’ayurveda au Sri Lanka, Dr Danister Perera* nous explique comment cette science de la vie nous aide à retrouver le bien-être.  L’ayurveda intervient à trois niveaux en tant que système de  santé : elle nous enseigne d’abord comment maintenir notre bien – être, ensuite comment prévenir les maladies dans des périodes critiques et enfin, comment guérir une fois que la maladie a frappé. Le principe fondateur de cette médecine naturelle est de respecter la nature, d’en accepter ses lois, de s’adapter au rythme de la nature en acceptant le fait que nous ne pouvons pas la contrôler.

L’être humain a pourtant tendance à s’éloigner de la vie simple et naturelle.

En raison de la sur-information, nos organes sensoriels sont « globalisés », vulnérables à la propagande et contrôlés par des influences externes médiatiques. Dans la société moderne, nous sommes pris dans le cercle vicieux dépense – consommation – insatisfaction qui nous incite à chercher toujours plus et nous envoie des messages erronés. Par exemple, l’idée générale que le coca cola apaise la soif.

Tendance aussi à ignorer son horloge biologique.

Nous négligeons notre horloge biologique personnelle… nous malmenons notre corps. Par exemple, si nous écoutions notre horloge biologique personnelle, nous ne changerions pas notre programme le dimanche matin ou le vendredi soir… Le corps ne sait pas ce qu’est le week-end. Or notre corps, cadeau de la nature, qui nous a été donné tout neuf à la naissance, mérite que nous en prenions soin, que nous le protégions. Nous n’avons pas le droit de lui faire de mal. Si nous ignorons notre horloge biologique, alors notre corps va penser qu’il n’a plus de propriétaire, il va commencer à faire n’importe quoi.. Alors attention, c’est le début de la crise. Il va commencer à se défendre tout seul et n’importe comment. Par exemple, il est tard le soir et je suis fatigué. Je bâille. Mon corps a besoin de dormir. C’est normal, il fait nuit. Il produit de la mélatonine. Mais moi, j’ignore ces messages. Et je retarde le moment du coucher. Je travaille, je zappe sur internet.. Bref. Mon corps continue à m’envoyer des messages. Je continue à les ignorer. Et cela tous les soirs. Un jour, le corps se lasse. Il cesse d’envoyer des messages et devient silencieux. Danger, il ne répond plus à l’environnement extérieur naturel et il se sépare de moi. Je perds contrôle. Inflammations, sécrétion anormale d’hormones, rébellion des cellules qui se mettent à lutter contre mon propre système immunitaire….

Que faire alors quand le corps s’est déconnecté?

Alors que la médecine occidentale vous dira ignorer les causes de ces maladies graves, en ayurveda, nous les connaissons parfaitement. On les appelle les maladies liées au mode de vie. Elles apparaissent quand la personne dévie de la vie naturelle. Il faut alors casser le cercle vicieux qui nous emporte quand nous sommes contrôlés par le système externe néfaste. Même temporairement, le temps de vacances, il faut synchroniser notre système, le reprogrammer sur le rythme de la nature.

Et comment ça se passe concrètement?

L’ayurveda nous enseigne clairement comment changer de mode de vie, en adoptant un comportement complètement axé sur la santé. Etre en bonne santé devient le but ultime de l’existence. Reprendre en main sa santé. Décider par soi- même. Etre acteur de sa propre vie. En particulier pour la nourriture. Savoir ce que l’on mange et manger sainement. C’est un point essentiel. Exercer chaque partie de son cerveau. A travers la lecture, la méditation, l’imagination, le yoga, par exemple travailler différentes parties du cerveau et du corps. Se reconnecter, chacun dans son unicité, à la nature. Retrouver son horloge biologique. Changer de vie est la meilleure façon de lutter contre ces maladies. Assister la nature dans son action positive, la sentir, la toucher.

Et quand, pris par le quotidien, nous ne pouvons pas répondre aux messages que nous envoie notre corps?

Alors, au moins, prenez quelques minutes pour lui parler, une conversation avec votre corps qui saura alors que vous ne le négligez pas.. Réservez vous des moments pour votre vie spirituelle, dans le silence. Cela vous aidera à vous synchroniser avec la nature.   Emmanuelle Gunaratne * Dr Danister Perera est professeur des sciences ayurvédiques à l’université de Kelaniya et de Sri Jayawardena. Il intervient régulièrement en conférences. Il est actuellement responsable du programme ayurvédique pour la société lankaise spécialisée dans les soins ayurvédiques Siddhalepa.

Nil manel (lotus bleu), fleur nationale du Sri Lanka

Nil manel (lotus bleu), fleur nationale du Sri Lanka, Crédit Photo : Michael Shehan Obeysekera via Flicker

2 Commentaires

  1. Afin de se mettre à la pratique de l’ayurvéda, il est essentiel de déterminer son profil dosha. Le bilan ayurvédique comprend l’observation, le toucher, l’examen des pouls, de la peau, de la langue, des yeux et des ongles, ainsi qu’un interrogatoire détaillé sur vos habitudes de vie, votre passé médical, votre alimentation, votre digestion, votre sommeil, votre fonctionnement psychique, etc. Pour en savoir plus: http://ayurveda.confort-domicile.com/ayurveda/dossier/278/determiner-son-profil-ayurvedique-bilan-ayurvedique-et-doshas.html

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *